Language switcher

Vous êtes ici

Document de travail n°86 : Test de la courbe de Phillips à anticipations rationnelles. Résultats à partir des données européennes et américaines (en anglais)

Résumé

Selon la courbe de Phillips néo-keynesienne (NKPC), les entreprises fixent les prix de façon exclusivement prospective (forward-looking). Dans ce papier, nous testons si la dynamique de l'inflation en Europe et aux États-Unis peut être décrite par ce modèle. À cette fin, nous estimons des courbes de Phillips hybrides, qui incluent à la fois des termes d'inflation inertiels (backward-looking) et anticipés, pour les grands pays européens, la zone euro et les États-Unis. Nous examinons la sensibilité des résultats au choix de la méthode d'estimation (méthode des GMM ou maximum de vraisemblance) et de la variable « fondamentale » déterminant l'inflation (écart de production ou coût marginal). Nous testons la stabilité des spécifications obtenues. Les résultats principaux sont les suivants : d'une part, dans tous les pays, la NKPC doit être augmentée d'avances et de retards de l'inflation, contrairement aux prédictions du modèle de référence. D'autre part, la part de l'inflation inertielle est importante (dans la plupart des cas, supérieure à 50 %), et les différences sont à cet égard limitées entre les États-Unis et la zone euro. Enfin, la spécification la plus satisfaisante apparaît fondée sur le coût marginal pour les États-Unis et le Royaume-Uni, et sur l'écart de production pour la zone euro.

Éric Jondeau et Hervé Le Bihan
Décembre 2001

Classification JEL : E31

Mots-clés : Courbe de Phillips à anticipations rationnelles, zone euro, estimateur des GMM, estimateur du maximum de vraisemblance

Télécharger la version PDF du document

publication
Document de travail n°86 : Test de la courbe de Phillips à anticipations rationnelles. Résultats à partir des données européennes et américaines (en anglais)
  • Publié le 01/12/2001
  • FR
  • PDF (1.04 Mo)
Télécharger (FR)

Mis à jour le : 18/11/2016 09:25