Language switcher

Document de travail n°642 : Politique monétaire et monnaies digitales : beaucoup de bruit pour rien ?

En dépit d’un encours global encore très faible par rapport à ceux des grandes monnaies de réserve, les monnaies digitales attirent beaucoup l’attention. Ce document rappelle que c’est avant tout le mécanisme d’échange incorporé aux monnaies digitales (la technologie du registre distribué) qui devrait en faire le succès. Il montre qu’un usage répandu de ces monnaies n’a des chances de se produire que dans des conditions qui laisseraient foncièrement inchangées la capacité de la banque centrale à poursuivre un objectif d’inflation identique par les mêmes moyens que de nos jours, en fixant un niveau de taux d’intérêt. Néanmoins, quelques ajustements pourraient devoir être apportés à la définition des agrégats monétaires ainsi éventuellement qu’à la base et/ou aux ratios de réserves obligatoires. Même dans le cas extrême et très improbable où la banque centrale émettrait de la monnaie digitale accessible au public et où celui-ci l’adopterait massivement, le rôle des banques dans la distribution de crédit ne devrait pas être gravement compromis. Les banques pourraient toutefois disposer de moins d’information directe sur les clients tandis que l’importance éventuelle du refinancement par la banque centrale dans les ressources des banques devrait inciter celle-ci à énoncer clairement une politique de prêteur en dernier ressort pour limiter le risque moral.

Télécharger la version PDF du document

publication
Document de travail n°642 : Politique monétaire et monnaies digitales : beaucoup de bruit pour rien ?
  • Publié le 14/09/2017
  • 17 page(s)
  • EN
  • PDF (1.81 Mo)
Télécharger (EN)

Mis à jour le : 14/09/2017 09:05