Langues

image d'arrière plan

Rue de la Banque n°52 : Rester à zéro avec des processus affines : une application à la modélisation de la courbe de taux d’intérêt

Les crises financières récemment observées aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans la zone euro ont conduit les banques centrales à abaisser les taux directeurs à des niveaux historiquement bas, entraînant un aplatissement marqué de leurs courbes des taux d’intérêt. Les taux courts sont restés à leur borne inférieure sur des périodes prolongées tandis que les taux longs ont fluctué, affichant une volatilité relativement élevée. Cet article décrit une nouvelle catégorie de modèles affines positifs de la structure par terme des taux d’intérêt
introduite par Monfort et al. (2017) et utilisée pour reproduire ces caractéristiques de la courbe des taux d’intérêt. L’analyse empirique proposée suggère également qu’ignorer les primes de risque sur les taux d’intérêt induit une sous-estimation substantielle de la durée du régime de borne inférieure à zéro.

Avant l’éclatement de la crise financière de 2008, la Banque du Japon était la seule grande banque centrale à avoir abaissé son taux directeur à un niveau proche de zéro. Depuis 2010, toutefois, le maintien des taux directeurs à la borne inférieure (zero lower bound – ZLB) s’est étendu au Système fédéral de réserve américain (Fed), à la Banque centrale européenne (BCE) et à la Banque d’Angleterre. En juin 2014, la BCE est devenue la première grande banque centrale à abaisser un de ses taux directeurs (à savoir le taux de la facilité de dépôt) en dessous de zéro. Dans toutes ces zones monétaires, de fortes baisses des taux à court terme ont poussé les courbes de rendement vers des niveaux historiquement bas.

 

Par exemple, entre janvier 1995 et décembre 2007, sur 80 % de la période, la courbe des rendements sur les titres souverains allemands a été, en moyenne, comprise entre 3 % et 5 % (cf. graphique 1) ; sur la même période, le taux à trois mois du Bund était compris entre 2 % et 4% sur 80 % de la période. Entre janvier 2008 et février 2017, le niveau moyen de la courbe des rendements allemande a été inférieur à 1 % sur 60 % de la période et inférieur à 2,5 % (cf. graphique 1) sur 90 % de la période. Le taux du Bund à trois mois est resté autour de zéro (entre – 50 points de base et + 50 points de base) sur     75 % de la période.

Télécharger la version PDF du document

publication
Rue de la Banque n°52 : Rester à zéro avec des processus affines : une application à la modélisation de la courbe de taux d’intérêt
  • Publié le 30/11/2017
  • 5 page(s)
  • FR
  • PDF (680.25 Ko)
Télécharger (FR)

Mis à jour le : 14/12/2017 17:41