Document de travail n°709 : Vulnérabilité numérique et performance des entreprises dans les pays en développement

Presque toutes les économies côtières sont aujourd’hui connectées au réseau Internet mondial grâce à plus de 300 câbles sous-marins de télécommunication. Ainsi, la vulnérabilité numérique mondiale est désormais dépendante de deux facteurs structurels : l’exposition aux interruptions du réseau et de la distance par rapport aux infrastructures. Dans cet article nous estimons l’effet du développement du réseau Internet sur la performance des entreprises locales en utilisant une approche par variables instrumentales qui reflète ces deux sources de vulnérabilité numérique. Les estimations en multiniveaux sont réalisées sur un échantillon de plus de 440000 entreprises provenant de 255 localités dans 62 pays en développement. Nos résultats révèlent des effets importants et significatifs du taux de pénétration d’Internet au niveau de la localité sur le revenu moyen, la productivité et, dans une moindre mesure, le recours aux emplois temporaires des entreprises. Ces résultats sont robustes à l’exclusion des grandes entreprises, des entreprises étrangères et de celles créées après l’arrivée des câbles sous-marins.

Entre 1990 à 2015, la connectivité internationale a connu une amélioration spectaculaire grâce à la pose de plus de 300 câbles sous-marins porteurs de fibres optiques. Ainsi, 99% des télécommunications mondiales - contenus Internet, appels téléphoniques et vidéo, messages diplomatiques classifiés - passent par ces câbles. Désormais, presque tous les pays côtiers en développement et en transition sont connectés à l'Internet mondial par l'intermédiaire de ce réseau d'infrastructures, irriguant aujourd'hui une industrie de 20,4 milliards de dollars et connectent 3 milliards d'internautes à travers le monde (Towela & Tesfaye, 2015). Cette expansion rapide du réseau international d'infrastructures à large bande et l'essor des services Internet qui s'en est suivi, suscitent de fortes attentes pour le rattrapage économique de nombreux pays à faible revenu, notamment grâce à son potentiel en matière d'innovation, de productivité, de commerce et de création d'emplois.
 
Dans les années 2000, certains articles utilisant des données agrégées ou des données d’entreprises, mettent en évidence un effet positif du taux de pénétration d'Internet sur le commerce international, la productivité et la croissance. Ces impacts positifs s'expliquent principalement par la réduction des coûts de transaction et la meilleure diffusion des connaissances. Le présent document apporte un éclairage supplémentaire sur ce domaine de recherche en apportant de nouvelles preuves de l'impact de l'amélioration de l'accès à l'Internet sur la performance des entreprises - leur chiffre d'affaires, leur productivité et leur nombre d'employés temporaires - dans les pays en développement. Pour estimer l'effet causal de l'accès à Internet des entreprises sur leur performance, nous proposons une nouvelle stratégie d'identification basée sur les déterminants géographiques et géologiques de la vulnérabilité numérique.  Nous procédons à une approche en termes de variables instrumentales, dans laquelle le premier instrument reflète l'exposition des infrastructures de télécommunications maritimes au risque de rupture causée par des événements sismiques marins dans leur voisinage. Parce que les populations isolées sont confrontées à une couverture en infrastructures plus faible et sont plus exposées aux défaillances des réseaux de télécommunications, nous utilisons les distances géographiques locales et agrégées des utilisateurs d'Internet par rapport aux nœuds d'infrastructures (stations d'atterrissage des câbles ou points d'échange Internet) comme second ensemble d'instruments. Afin d'examiner dans quelle mesure l'accès à Internet agit sur la performance des entreprises, des estimations par variables instrumentales (VI) sont effectuées à partir des données WBES de la Banque mondiale, agrégées au niveau des municipalités ou provinces. L'agrégation des données vise à répondre à deux préoccupations principales : i) un biais d'endogénéité possible dû à une corrélation entre les décisions des entreprises opérant dans les mêmes localités, et ii) les problèmes d'inférence causés par l'instrumentation d'une variable dichotomique au niveau des entreprises (l'entreprise a-t-elle utilisé Internet ou non).
 
Sur la base de données provenant d'un large échantillon de 44250 entreprises, opérant dans 255 villes/provinces situées dans 62 pays en développement ou en transition, les estimations en VI montrent un effet important et positif de l'accès à Internet sur la performance des entreprises au niveau local. L'utilisation accrue d'Internet (courriel ou site Web) s'avère être un outil efficace pour stimuler les ventes, la productivité, et de manière moins certaine l'emploi temporaire. En effet, nous constatons qu'une augmentation de 10 % de l'utilisation d'Internet par les entreprises au niveau local augmente de 26 % leurs revenus, de 21 % leur productivité du travail et, de façon moins robuste, de 6 % les emplois temporaires. Au regard des résultats des autres études sur le sujet, ces résultats suggèrent que la fracture numérique locale, c'est-à-dire les disparités dans la qualité de l'accès à Internet entre différentes villes ou provinces, atténuerait l'effet agrégé de l'amélioration de l'accès à Internet sur les performances macroéconomiques.
 

Télécharger la version PDF du document

publication
Document de travail n°709 : Vulnérabilité numérique et performance des entreprises dans les pays en développement
  • Publié le 25/02/2019
  • 46 page(s)
  • EN
  • PDF (4.32 Mo)
Télécharger (EN)

Mis à jour le : 25/02/2019 14:39